> Critiques > Labelisés



Je me souviens que pour un trio de la vague boys band, il était fin de parler d’un cerveau pour trois. Les Zom zoms de nos amis d’omega point records eux annoncent fièrement la couleur. Ils sont trois et partagent un unique cerveau aux interconnections sans cesse déplacés par un hybride de gremlins qui aurait comme antécédent un stage en vacances chez Gonzales. Histoires à dormir debout, chant façon la gerbe ou déflagration gutturale trade-mark django Edward et Moog en instance de divorce avec l’électricité alternative, ce disque des Zom zoms frise la perfection dans le style plastic Bertrand sans les psychotropes. Car il faut être lucide et terriblement inconscient pour ce permettre de telles escapades dans les possibilités du cerveau humain, surtout quand on en a qu’un pour trois. Une fois de plus Omega point records explose les codes de mauvaise conduite. Pin pon pin pon




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.